Initiation au vol de pente en montagne

Informations et témoignages à l'attention des pilotes à la recherche d'un simulateur de vol à voile

Modérateur : Equipe CondorSim

Règles du forum


Rappels : (1) Les demandes d'information sur Condor se font dans ce post. (2) Pour tout achat du logiciel, nous vous invitons à consulter ce sujet.
Verrouillé
Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Initiation au vol de pente en montagne

Message par Xavier DELABORDE » sam. 13 sept. 2008, 18:02

Initiation au Vol de Pente en ASK13 en Montagne

Chapitre I - Les Alpes Bernoises


Voici un petit circuit de 195 km facilement réalisable en 2 h - 2 h 30, publié sur les Circuits du Condor Club (EBUK), qui reprend dans sa première partie le circuit « BEX-RARON Ridge », pour l’obtention de l’insigne d’argent. Il vous emmènera dans les Alpes Bernoises, avec quelques passages aériens, mais faciles.
Vent modéré de 28 km/h, décollage de Bex dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et au début du vol de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous utilisez un compensateur intégré au Joy Stick. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, sauf pour les transitions à 150 km/h et le plané final jusqu’à 200 km/h.

Image

Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage juste devant une belle falaise (virer vers la gauche) ou l’on peut tout à loisir prendre de l’altitude avant le Top du départ de la course et régler son compensateur.

Passez le départ et dirigez-vous vers Martigny (Cap : 156 °) en remontant la trouée du Rhône. Vous pouvez gratter quelques ascendances de pente le long de la paroi à gauche du planeur. À partir de Martigny (PT1), vous remontez tranquillement la vallée du Rhône le long de la pente à droite du planeur sur 54 km (Cap 63 °), en admirant le paysage et en évitant quelques parapentistes croisant votre trajectoire. Arrivé à proximité du PT2, effectuez un premier point haut. Montez à 2500 m, 2600 m avant de passer le PT2, pour la première transition de 9 km vers le PT3 à 150 km/h (Cap 36 °) et qui vous ouvre l’accès à la vallée de Lötschental. Vous trouverez, si besoin, le long de la paroi à droite du planeur, quelques ascendances de pente.


Image


Après le passage du PT3, vous allez entrer dans le domaine de la haute montagne, tout en montant au TP4 (Cap 50 °) le long de la paroi à droite du planeur. Faites autant de grands aller-retour le long de cette paroi (ascendance de pente de 4 à 5 m/s) afin d’arriver sur le col juste avant le TP4 largement au-dessus de la crête et à une altitude de plus de 4000 m. Réalisez un point haut de 4150 m au passage du col, passez le PT4, revenez vers le col dans la vallée du Löschtental, virez à droite juste après le col le long de la crête transversale ou vous trouverez quelques petites ascendances de pente rassurantes, pour vous diriger vers le Nord en direction de la crête nord de la vallée à 2 km. Accélérez jusqu’à 150 km/h et passez la crête. Tournez à droite (Cap 333 °), admirez la Jungfrau (4158 m) et plus loin l’Eiger. Descendez à bonne allure vers le TP 5 prés d’Interlaken (130, 150 km/h) en longeant le flanc droit de la vallée.



Au débouché sur Interlaken, bifurquez à gauche vers le PT5, mais admirez le paysage tout autour d’Interlaken et traversez jusqu’à la crête se trouvant à quelques centaines de mètres derrière le PT5 et tournez à gauche (Cap 225 °) pour remonter dans les Alpes Bernoises avec de bonnes ascendances de pente. Vous allez suivre une suite de crêtes au tracé évident pendant 35 km environ, pour vous trouver à proximité du PT6, de nouveau en haute montagne, au pied du Balmhorn (3709 m). Avant de traverser le glacier qui vous amène au PT6, assurez-vous d’une altitude de 3000 m.

Dès le point de virage acquis, prendre la paroi à gauche. La suite est évidente en suivant une longue enfilade de crêtes à 2500 m d’altitude environ sur 35 km (Cap 241 °), vous faisant passer au pied du Wildstrubel (3244 m), du Wildhorn (3248 m) et jusqu’aux Diablerets (3210 m). Il ne vous reste plus qu’à piquer sur BEX, par un plané final à 190, 200 km/h.

Image

Image

Bon Vol !
Modifié en dernier par Xavier DELABORDE le dim. 14 sept. 2008, 13:45, modifié 3 fois.
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » dim. 14 sept. 2008, 20:29

Chapitre II : Mont Blanc - Aravis


Voici un petit circuit de 134 km facilement réalisable en moins de 2 h, à moins que vous préfériez musarder plus longtemps dans la vallée de Chamonix. Il vous emmènera dans les Alpes Savoyardes, avec des paysages magnifiques. Ce circuit est publié sur Condor Club sous le n° ACUK.
Vent modéré de 28 km/h, décollage de Bex dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et au début du vol de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un Joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, sauf pour les transitions à 150 km/h et le plané final jusqu’à 200 km/h.

Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage juste devant une belle falaise (virer vers la gauche) ou l’on peut tout à loisir prendre de l’altitude avant le Top du départ de la course et régler son compensateur.

Passez le départ et dirigez-vous vers Martigny (Cap : 156 °) en remontant la trouée du Rhône. Vous pouvez gratter quelques ascendances de pente le long de la paroi à gauche du planeur. À partir de Martigny (PT1), direction le Col de Balme (Cap 226 °), vous montez tranquillement jusqu’à la limite des sapins avant d’aborder la pente finale ou vous pouvez faire de longs aller-retour pour vous élever jusqu’à 2250 m et passer facilement le PT2. Vous découvrez alors la vallée de Chamonix.

Image

Au fond le Mont Blanc, à droite les Aiguilles rouges, puis le Brévent et à gauche, les 3 glaciers du Tour, d’Argentière et la Mer de Glace, entrecoupés par l’aiguille du Tour, et les Aiguilles dorées, puis, l’Aiguille du Chardonnet, le groupe des Grands Montets, l’Aiguille Verte, et les Drus avant d’aborder après la Mer de Glace le massif du Mont Blanc en commençant par, l’aiguille de l’M, les Petits et Grands Charmoz, les Aiguilles du Grépon, de Blaitière, du Plan, jusqu’à l’Aiguille du Midi, s’étageant de 3400 m à 3850 m, sur le fond à gauche les Grandes Jorasses et l’Aiguille du Géant.

Image

Continuez à monter vers l’Aiguille du Midi (Cap 202 °) plus particulièrement au niveau des Grand Montets où vous ferez de longs aller-retour sur la pente, pour passer au-dessus des Drus à près de 4000 m. Vous pouvez aussi faire quelques incursions dans les 3 vallées glacières en suivant la pente au vent (face nord) et musarder à loisir. Le spectacle est magique, même avec une scène cartoon !

Image

Image

Arrivez sur l’aiguille du Midi PT3 à plus de 4000 m et dirigez vous vers le Brévent (Cap 326 °) en transitant face au vent à 150 km/h. Contournez Le Brévent PT4 et dirigez-vous dans une longue transition de 28 km à 130 km/h vers le Col des Aravis (Cap 258 °). Profitez-en pour admirer une dernière fois le Massif du Mont Blanc. Vous traversez la vallée de l’Arve et l’aérodrome de Sallanches est alors en vue sur votre droite. La crête des Aravis est nettement au-dessus de votre ligne d’horizon. Mais vous avez pour reprendre un peu d’altitude une ligne de crête en avant de celle des Aravis entre 1700 m Croix de la Tête Noire, jusqu’au Petit Croiset de la Baulet à 2000 m qui vous permettra d’aborder l’extrémité Est du circuit en toute quiétude. Point haut à 2400 m avant de transiter en contournant largement par l’extérieur le PT5 du Col des Aravis, en allant même sur les contreforts de la Pointe de Merdassier pour gratter quelques mètres. Tournez à droite pour revenir à 1830 m environ et passez le Crêt du loup près de La Clusaz.

Là, prenez le temps (10 minutes) de remonter jusqu’au sommet de la crête de la chaine des Aravis par des allers-retours sur la pente jusqu’à 2500 m. La vue circulaire sur les Alpes est fantastique. Prenez en enfilade la crête du massif des Aravis à 120 km/h tout en montant à 2800 m. Traversez la vallée de l’Arve en prenant le cap 039, transition à 130 km/h. Après le passage de la crête séparant la vallée de l’Arve et du Giffre, vous apercevez trois parois bien verticales. Prenez la paroi se trouvant le plus à droite, l’Aouille du Criou, c’est l’ascenseur de service qui vous mènera au Sud du PT6 à 2400 m. transitez vers le PT6, le Col de Bretolet à 1938 m. Restez sur la pente au vent jusqu’au passage du col et faites une incursion rapide pour valider le Point tournant, et revenez sur la pente. Là se présentent de belles parois que vous n’hésiterez pas à prendre en enfilade pour remonter à 3000 m, même si ça allonge un peu le parcours.

Au bout, il ne vous reste plus qu’à piquer sur BEX, par un plané final à 190, 200 km/h.
Et sortir tous les aérofreins après la fin du parcours pour vous poser rapidement.

Image

Image

Bon Vol !
Modifié en dernier par Xavier DELABORDE le jeu. 25 sept. 2008, 09:53, modifié 3 fois.
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » mer. 17 sept. 2008, 22:28

Chapitre III : Chartreuse et Vercors


Voici un petit circuit de 160 km facilement réalisable en 2 h, 2 h 30, sauf si vous souhaitez dans la dernière partie vous attarder le long des Lances de Malissar. Il vous emmènera dans les Préalpes du Dauphiné, avec des paysages variés et toujours des vues exceptionnelles. Circuit YCUK sur le Condor Club.
Vent modéré de 28 km/h, décollage de Challes-les-Eaux dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et au début du vol de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un Joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence. Dans ce vol pas de transition spectaculaire ni de plané final à toute berzingue. La modération est de règle, mais il faut soigner le pilotage.

Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage au beau milieu de la plaine de Chambéry. Revenir à l’Est, vers le Mont Cety, mais ne vous engagez pas trop dans la cluse, pour trouver une pente salvatrice qui vous permettra d’attendre le Top de départ.

Passez le départ à plus de 1000 m et dirigez-vous vers le Corbeley PT1 (Cap : 234 °) en transitant à la vitesse de finesse max entre 80 et 100 km. Vous devez arriver à proximité du PT 1 et trouver une ascendance de pente vers 600 m en vous engageant si besoin dans le creux de la vallée à 60, 70 km/h. Le PT1 est passé et ça monte doucement, mais ça monte. Faite sur les pentes du Corbeley de longs aller-retour pour monter jusqu’à la crête. Au fur et à mesure de la montée, l’ascendance de pente se renforce et vous permet d’être plus à l’aise.

Vous êtes en bordure du massif de la Chartreuse et l’enfilade qui se présente (Cap 204 °), va être avalée sans difficulté à 100 km/h. Au Nord le massif de l’Épine dernier contrefort du Jura et dans le parcours de l’enfilade vous longez les falaises de du Mont Outheran à 1500 m. Optimisez votre montée en vous décalant plus ou moins de l’axe de la crête pour trouver l’ascendance optimale et passer le PT2 après avoir longé La Cochette, la Pointe de Thivelet et les Rochers du Frou, du Quartier etc… Contournez la Grande Sure par l’extérieur en passant plus au Nord pour atteindre la cluse de Voreppe et le PT3. Au Nord, admirez les méandres de l’Isère dans l’arène morainique dessinée par la langue terminale du glacier de l’Isère. Après la dernière glaciation, il y avait un lac contenu dans cette arène qui s’étendait jusqu’aux confins d’Albertville, 100 km en amont. 800 m d’alluvions ont comblé le fond de ce lac, avant que la digue d’extrémité cède. Plus loin, l’Isère change de régime et suit une vallée étroite et profonde.

Traversez la cluse de Voreppe (Cap 230 °) pour atteindre le PT4 vers le Bec de l’Orient. Vous pénétrez dans le Massif du Vercors.

Suivez naturellement la crête (Cap 204 °) jusqu’au TP5, près de Saint Martin en Vercors.

Plus au Sud à 10 km environ, Vassieux en Vercors qui rassemble les restes de plusieurs planeurs d’assaut DFS 230 (Il ne reste aujourd’hui que des carcasses de fuselage en mécano-soudé) et d’un Gotha 232 bipoutre (enlevé il y a quelques années pour être restauré) et utilisés lors de l’attaque du maquis du Vercors en juillet 1944.

Image

De là, volez en direction de la Grande Moucherolle, au voisinage du PT6 (Cap 107 °). Pour cette traversée vent dans le dos, faites déjà un point haut sur la crête la plus proche, car la montée au TP6 est laborieuse. Au-dessus de Corrençon en Vercors vous allez pouvoir admirer les nombreux pylônes de télésièges plantés au milieu du décor. Ne les admirez pas de trop près et tentez de trouver une bonne pente d’ascendance un peu au Sud de Corrençon pour atteindre la crête. Plus au Sud, à une dizaine de kilomètres, pas loin du Mont aiguille sur le plateau se trouve, à quelques centaines de mètres à l'ouest d'un arbre isolé, une carrière romaine abandonnée avec quelques colonnes éparses, dont certaines sont encore enchâssées dans le rocher.

Image

Surtout, dans tout le reste du parcours ne dépassez pas la ligne de crête et restez au vent (à gauche de la crête), car vous tomberiez irrémédiablement dans le côté obscur du parcours, la cuvette grenobloise, sans possibilité de terminer le circuit proposé.

Après avoir passé le PT6, très belle enfilade de crêtes (Cap 016 °) en passant par le Col Vert, le Roc Cornafion, le Pic Saint Michel et le Moucherotte. Seules Les Trois Pucelles en extrémités ne sont pas reconnaissables !

Après le PT7 transitez à 100 km/h par la Cluse de Voreppe au-dessus du Synchrotron (Cap 052 °) avec à gauche le Néron, pourvu d’un ancien observatoire romain, jusqu’au col de Vence PT8 au pied du fort du Saint Eynard.

Image

Dirigez-vous vers le PT9, au sommet de Pravouta en face de la Dent de Crolles, en longeant la crête (évitez le côté obscur, sous le vent : La plaine du Grésivaudan) jusqu'à la prairie de l’Emeindra. Vous commencez à croiser quelques parapentistes revenant de la coupe Icare. Contournez par l’Ouest le Bec Charvet et arrivez au PT9 en montant le long de la face Nord Ouest de Pravouta. C’est laborieux, mais praticable.

Vous vous trouvez alors en face de la Dent de Crolles, très cariée, l’ascension peut se faire de l’intérieur si vous êtes un spéléo chevronné. Longer le flanc Nord-Ouest est dirigez vous vers les Lances de Malissar. Retournez sur vos pas pour observer le sommet de la dent de Crolles. C'est un anticlinal (creux d’un plissement) perché à 2000 m d’altitude !

Longez les Lances de Malissar (Cap 018 °).

Image

Même si elle ne figure pas sur la scène cartoon, au pied de la 5ème lance, juste en bordure de la falaise, une inscription romaine, datée du 1er siècle av. J.-C. est gravée avec des lettres de 12 cm de hauteur :

HOCVSOVII
AVIIORVM

« Jusqu’ici (s’étend le domaine) des Aveii »

Continuez en longeant Le Pinet, puis le Mont Granier et passez le PT10

Descente sur Challe les Eaux, par un plané final prudent à 150 km/h.

Image
Image

Bon Vol !
Modifié en dernier par Xavier DELABORDE le jeu. 25 sept. 2008, 09:54, modifié 1 fois.
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » mer. 24 sept. 2008, 21:16

Chapitre IV : Eiger et Jungfrau


Voici un petit circuit de 77 km facilement réalisable en moins d’une heure, sauf si vous souhaitez vous attarder le long de l’Eiger ou de la Jungfrau, mais prêtez attention aux nuages. Ce vol vous emmènera à nouveau dans les Alpes Bernoises, et vous permettra de monter à plus de 4300 m. La vue à cette altitude est toujours exceptionnelle. Le parcours sans difficulté sérieuse est très aérien (Code du circuit UHUK sur Condor Club).

Vent modéré de 28 km/h, décollage de Thun dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un Joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence.

Image

Dans ce vol, vous allez apprendre dès le départ la différence entre les ascendances de bas de pente et celles que l’on peut rencontrer dans les hauteurs. Vous aurez à prendre les bonnes décisions vis-à-vis des nuages, quand il faut accélérer, ou ralentir, et éviter de se laisser enfermer entre la pente et le nuage. À la fin, un bel atterrissage, vent de travers, réussi, vous récompensera de vos efforts à frôler les parois au plus près.

Le remorqueur vous emmène non loin du départ et vous invite au largage en bordure du lac de Thun. Continuer et dépasser le départ pour trouver une ascendance suffisante, en bas de pente, prés du lac, et monter par de larges aller-retour le long de la pente du Niederhorn (1950 m) jusqu’à la crête à plus de 2200 m. Au niveau du relais de télévision, revenir en arrière pour valider votre départ, quelques minutes après le Top de départ.

Passez le départ à plus de 2000 m, et dirigez-vous vers le PT1 (Cap : 105 °) en transitant au-dessus d’Interlaken à bonne vitesse entre 120 et 140 km/h, en vous dirigeant directement vers le flanc du Schynige Platte (2101 m) après le lac de Brienz. Montez jusqu’à la crête en faisant de larges aller-retour le long de la pente et en vous décalant au fur et à mesure vers l’Est près du Faulhorn (2681 m). Prêtez attention aux nuages afin d’éviter de vous faire enfermer avant d’atteindre la crête. Si besoin, patientez en montant et passez au-dessus du sommet des nuages. Allez de crêtes en crêtes jusqu’au PT1, le col au pied du Wetterhorn (3701 m) transitez à bonne vitesse, au minimum 130 à 140 km/h. Le PT1 passé, vous commencez la partie la plus aérienne du circuit qui vous mènera le long de la vallée de Grindenwald ou du Scheidegg à plus de 4500 m avec des ascendances de plus de 5 m/s si vous voulez bien frôler la pente, très verticale, de très prés. L’Eiger (3970 m) PT2 (Cap 223 °) et La Jungfrau (4158 m) PT3 (Cap 224 °) s’avalent sans difficulté tout en montant à plus de 4000 m. Accélérez si nécessaire pour passer avant et au-dessus des nuages. La vue est effectivement exceptionnelle et vous allez survoler l’ensemble du massif, tout en croisant le circuit I et en apercevant en contre bas la vallée du Lötschental. Dirigez-vous en gardant au mieux votre altitude vers le PT4 (Cap 234 °) en soignant votre cheminement.

Image

À quelques kilomètres du PT4 au niveau du refuge du Mutthorn, vous allez commencer votre descente de plus en plus contre le vent. Passez le PT4 à environ 4000 m d’altitude et transitez à 150, 160 km/h vers la crête au Nord Est du Blümlisalp (3663 m) et du Doldenhorn (3643 m) en franchissant le col. Reprenez un peu d’altitudes le long de la crête pour choisir le moment propice pour passer le PT5 (cap 286 °) au pied du lac Öeschinen dont la base risque d’être ennoyée dans un nuage.

Image

Dés que votre décision est prise, transitez à plus de 160 km/h vers le PT5 (attention au flutter en haute altitude) puis à 180, 190 km h pour joindre l’arrivée (Cap 286 °) l’aérodrome de Reichenbach à 730 m, en slalomant entre les nuages. Ça vibre, ça secoue, mais vous avez de toute façon une belle marge d’altitude !

Après le passage de l’arrivée, revenez vers la gauche pour remonter, tout en descendant en sortant un cran d’aérofrein, le flanc sous le vent de la vallée. Lorsque vous voyez les sapins de la crête transversale de près, virez à gauche de 180 ° pour vous aligner sur l’axe de la piste. Maintenez une vitesse élevée de 120 km/h et cherchez votre point fixe. Là où votre planeur va percuter la planète, si vous ne faites rien ; tous les autres points du décor augmentent leur angulation par rapport au point fixe et semblent s’écarter du point fixe au fur et à mesure que vous vous en approchez. Orientez le planeur nez au vent à gauche de la piste, et augmentez l’ouverture des aérofreins pour positionner le point fixe en début de piste. Tout en maintenant votre vitesse, jouez sur l’orientation du planeur et sur les aérofreins pour maintenir le point fixe en début de piste. Arrondissez et posez-vous, vous avez réussi votre premier atterrissage vent de travers.

Image

Image

Bon Vol !
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » sam. 27 sept. 2008, 20:59

Chapitre V : Cervin (Matterhorn) et Mont Rose (faces Nord)

Voici un très beau circuit de 183 km réalisable en un peu plus de 2 heures, sauf si vous souhaitez vous attarder le long du Cervin ou du Mont Rose, sommets mythiques, mais accessibles mêmes pour un débutant en ASK 13 (Code AKUK sur Condor Club). Toutefois, prêtez encore plus attention aux nuages en début de vol. Ce vol vous emmènera dans les Alpes Pennine, à la frontière Suisse et Italiennes, et vous permettra de monter à plus de 4600 m. La vue à cette altitude est toujours exceptionnelle, surtout entre le Cervin et le Mont Rose. Le parcours avec quelques difficultés est très aérien en altitude. Vous pourrez éventuellement l’écourter en vous posant à Sion, car le retour final sur Bex est très tactique, et vous demande de soigner le pilotage. Cette partie est surmontable même pour un débutant si vous voulez bien suivre les quelques petits conseils prodigués pour cette partie du circuit.

Vent modéré de 28 km/h, décollage de Bex presque dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, vous aurez à prendre les bonnes décisions vis-à-vis des nuages, quand il faut accélérer, ou ralentir, et éviter de se laisser enfermer entre la pente et le nuage. Il n’y a aucune fatalité, quitte à perdre une quinzaine de minutes pour attendre le passage ou la désintégration du nuage ou de trouver un autre itinéraire. Au dessus de 3900 m, vous allez chevaucher les nuages et accéder au Cervin et au Mont Rose. Inoubliable même avec une scène cartoon. Le passage délicat du Pas de Cheville, avant de descendre sur Bex, sera l’ultime récompense de ce vol


Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage juste devant une belle falaise (virer vers la gauche) le ressaut des Dents de Morcles où l’on peut tout à loisir prendre de l’altitude avant le Top du départ de la course et régler son compensateur.

Image

Passez le départ et dirigez-vous vers Martigny en remontant la cluse du Rhône. Vous pouvez gratter quelques ascendances de pente le long de la paroi à gauche du planeur. À partir de Martigny, traversez la vallée, et venez contre la pente de la moraine du mont Charrat et montez tranquillement par de longs aller au tour de plus en plus à l'Est à la Pierre Avoi (2473 m). Traversez la vallée en vous dirigeant vers le Sud vers Six Blanc (2445 m). Retrouvez des ascendances de pente le long des flancs des vallées exposés au Nord-Ouest. Vous allez rapidement atteindre la base des nuages. En progressant vers le PT1 (Cap 138 °) près du refuge de Panossière, vous allez trouver plusieurs flancs correctement exposés vous permettant de monter jusqu'au refuge, tout en évitant de vous faire enfermer par les nuages qui dérivent vers le flanc de la montagne. Avant, ou après le passage du PT1, n'hésitez pas à prendre l'ascenseur de service le long de la paroi qui borde le glacier de Corbassière au pied du Grand Combin (4314 m), même si la direction est à l’opposé du tracé du circuit. Vous devez monter à plus de 3900 m, ce qui vous permettra de chevaucher les nuages suivants. Repassez vers le PT1, avant de vous diriger vers Le Cervin (493 °) en traversant la vallée des Bagnes et en vous faufilant au sommet des crêtes entre les nuages et en longeant le Mont Blanc de Cheillon (3870 m) et la Tête Blanche (3424 m). Le cheminement paraît évident. Arrivez au PT2, au pied du Cervin. Vous allez monter à plus de 4476 m jusqu'à son sommet. Les meilleures ascendances de pente se trouvent autour de ce point de virage. Poursuivez alors en suivant la crête en direction du PT3 (cap 106 °), tout en admirant l'extraordinaire panorama qui s'offre à votre regard. Restez près de la crête sud et montez à plus de 4600 m avant de tenter de rejoindre le PT3 au pied du Mont Rose (4634 m).

Savourez ce moment, avant de redescendre vers Visp PT 4 (cap 05 °) en revenant dans la vallée de Zermatt, après avoir survolé le Gornergrat (3135 m) accessible par un train à crémaillère. La descente s'effectue sur le flanc droit de la vallée du Mattertal à plus de 130 km/h.

Arrivé dans la vallée du Rhône, tournez à gauche et descendez là, tout en longeant le flanc gauche jusqu'à Sion en essayant de ne pas trop perdre d'altitude et en évitant de percuter le deltaplane et les nombreux parapentes.

Image

Dépassez l'aérodrome de Sion et longez la moraine latérale de Haute-Nendaz. Il y a un pylône rouge et blanc qui va vous servir de repère. Montez à plus de 2000 m le long de cette moraine. Vous apercevez déjà le PT5 au Pas de Cheville (2038 m). Pour l'atteindre ce PT5 vous devez emprunter l'étroite vallée qui monte à Derborence. À partir du pylône, transitez vers la vallée à la vitesse de 90 à 100 km/h. Dès la traversée de la moraine terminale de cette vallée, vous allez trouver une ascendance de pente qui va vous permettre par de courts aller-retour de passer le premier verrou glaciaire, puis vous vous enfilez, tout en restant sur le flanc droit de la vallée plus profondément. Il faut impérativement monter à 2700 m, au niveau du Mont Gond, l'aiguille noire à la fin de la vallée et en face des Diablerets avant le transiter vers le PT5. À cause des rabattants, vous ne pourrez pas traverser directement le Pas de Cheville, il faudra impérativement refaire un nouveau gain d'altitude sur la paroi au Sud-est du col. Le pilotage à basse vitesse devra être exemplaire pour éviter de percuter la paroi ou de partir en vrille. Prenez votre temps, ce n'est qu'une question de méthode et de patience. Une fois l'altitude requise de plus de 2400 m atteinte, dirigez-vous vers le PT5 et franchissez le col à plus de 130 km/h. Descendez sur Bex entre 190 et 200 km/h.

Image

Image
Image
Bon Vol !
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » dim. 28 sept. 2008, 21:01

Chapitre VI : Belledonne, Le Grand Serre, Le Taillefer, Les Grandes Rousses


Voici un petit circuit de 155 km réalisable en moins de 2 heures, sauf si vous souhaitez vous attarder le long des Grandes Rousses (Code UKUK sur Condor Club). Toutefois, prêtez attention aux nuages durant tout le circuit. Ce vol vous emmènera dans les Alpes du Dauphiné le long du Massif de Belledonne jusqu’au Grand Serre, avec un retour par le Taillefer, et les Grandes Rousses. Le parcours est sans aucune difficulté et la vallée du Grésivaudan entre Belledonne et Chartreuse, vous accompagnera comme repère. Les Alpes du Dauphiné vous offrent des paysages tout aussi exceptionnels que les autres régions traversées.

Vent modéré de 28 km/h, décollage de Challes-les-Eaux presque dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, vous aurez à prendre les bonnes décisions vis-à-vis des nuages, quand il faut accélérer, ou ralentir, et éviter de se laisser enfermer entre la pente et le nuage. Il n’y a aucune fatalité, quitte à perdre une quinzaine de minutes pour attendre le passage ou la désintégration du nuage ou de trouver un autre itinéraire. Même si le PT suivant est bouché par les nuages, il faudra tenter la transition, quitte à revenir en arrière, ou passer en dessous ou au-dessus du nuage. Il n’y a pas de pénalité tant que vous voyez le sol, même si tout devient laiteux.

Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage juste avant. Revenir en arrière sur la même pente du Montgelas, la Roche Blanche, et le Roc de Tormery (1135 m) où les strates calcaires dessinent un chapeau de gendarme, et ce, juste en dessous des vignes de Chignin et son vin blanc réputé. Sur cette pente, on peut tout à loisir prendre de l’altitude avant le Top du départ de la course et régler son compensateur, à moins que les effluves des vignes du Seigneur aient compromis cette tournée !

Passez le départ et dirigez-vous vers le PT1 (Cap 149 °) au pied du Grand Collet d’Allevard, en traversant les Marches de Savoie à l’extrémité Nord de la plaine du Grésivaudan. Vous devrez gratter les quelques ascendances de pente le long de cette pente et laborieusement tenter le passage du PT1 avec quelques dizaines de mètres de réserve.

Dirigez-vous vers le PT2 situé à Chamrousse, plus exactement à Roche Béranger (Cap 209 °), en revenant vers la vallée du Grésivaudan et en traversant la petite vallée qui mène à Fond de France, et en longeant la crête des Crêts (Poulet, Luisard etc…), jusqu’à la station de Prapoutel et ses télésièges. Vous apercevrez quelques parapentistes égarés. À partir de ce moment et dès 2400 m d’altitude, vous allez devoir batailler avec les nuages. Continuez à longer la crête du massif de Belledonne jusqu’aux Rochers de l’Homme (2755 m). Faites le détour à l’intérieur du cirque glaciaire (à gauche) par les Roches Noire, Le Pic Lamartine et le Grand Pic de Belledonne (2977 m), le Pic Central et la Croix de Belledonne (assez mal représentés et méconnaissables). Revenir par le Pic Couttet et La Grande Lance de Domène (2790 m) où a été positionnée une croix Blanche ! (Normalement sur la Croix de Belledonne). Suivre en suite au mieux la Crête en fonction des nuages jusqu’au PT2. Juste avant, admirez la Station de Chamrousse.

Continuez sur le PT3 (Cap 201 °) Le Grand Serre (2141 m) parfaitement reconnaissable par le ravinement de La Grande Montagne.

Piquez sur le PT4 (Cap 056 °) au pied du Taillefer (2857 m) après avoir passée la crête sous le vent de l’Arrête de Brouffier (nommée aussi l’Épaule du Taillefer). Vous devez jouer à cache-cache avec les nuages.

Dirigez-vous vers le PT5, surplombant l’Alpe d’Huez en longeant naturellement l’arête du Taillefer puis en traversant la vallée de Bourg d’Oisans, où vous apercevrez en arrivant sur la station de l’Alpes d’Huez, le barrage du Chambon qui monte de quelques millimètres par ans à cause des ingrédients de son béton mal choisis au moment de sa construction.

Entre la station de ski, ses pylônes et le PT5, vous croisez une ancienne voie romaine qui reliait Cularo (devenu Gratianopolis puis Grenoble) à l’Italie Romaine. Il faut savoir que jusqu’en 1221 un immense lac noyait la vallée de Bourg d’Oisans et obligeait la voie Romaine à passer par Allemont, puis Oz en Oisans pour monter à l’Alpes d’Huez. Enfin par le col de Cluy à 1800 m, où semble-t-il se trouvait un camp romain, la voie romaine redescendait sur Auris en Oisans jusqu’au fond des Georges de l’Infernet et remontait sur l’autre versant, en reprenant la Rampe des Commères. Le tracé est alors à nouveau identifié, au-dessus de la voie actuelle, et 200 m au-dessus du tunnel menant au Freney d’Oisans, se trouve une porte romaine encore bien conservée et taillée dans une lame de roc de 3 m de large, passage obligé et gardé dès le 1er siècle av. J.-C..

Après le passage du PT5, vous longez le massif des Grandes Rousses, et malgré la présence de nombreux nuages, il faut remonter au moins jusqu’à 3500 m avant le PT6 (Cap 022 °). Si nécessaire, faites un aller-retour sur la crête entre le Pic de l’Étendard (3464 m) et le Pic du lac Blanc (3323 m).

Image

Cette réserve d’altitude vous permettra d’aborder le retour avec 2 transitions au vent en toute quiétude.

Première transition au vent avec généralement un PT7 (Cap 324 °) avec les pieds dans les nuages. Transitez à 130 km/h. Passez lePT7 (vers les 7 laux) et trouvez une sortie honorable en virant à droite au-dessus et vers le Rocher Blanc 2298 m. Sinon, retour au PT6 au pied du Pic de l’Étendard et remontez à 3500 m pour un autre tour.

Image

Vous abordez en vous dirigeant vers le PT8 (Cap 021 °) la branche interne du massif de Belledonne en suivant bien évidemment le sommet des crêtes jusqu’à la Pointe de Rognier (2341 m) en passant par le Bec d’Aiguille (2893 m), Le Pic de la Grande Valloire (2887 m), Le Puy Gris (2906 m), etc.

Passez le PT 8 vers 2800 m et commencez votre dernière transition vers Challes-les-Eaux (Cap 307 °) à 120 km/h. Lorsque vous apercevez l’aérodrome d’arrivée, vous pouvez accélérer jusqu’à 140, 150 km/h, et, passée l’arrivée, terminer par un looping

Image
Image


Bon Vol !
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Initiation au vol de pente en Montagne

Message par Xavier DELABORDE » ven. 03 oct. 2008, 22:43

Chapitre VII : La Barre des Écrins


Voici un circuit mythique de 74 km réalisable en moins de 55minutes, sauf si vous souhaitez vous attarder le long d’Ailefroide et du Pelvoux juste avant de passer le TP4, la Barre des Écrins (Code UNUK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera dans les Alpes du Sud le long du Massif des Écrins avec un retour face au vent. Le parcours est sans grande difficulté, mais très aérien. Les Alpes du Sud vous offrent des paysages tout aussi exceptionnels que les autres régions traversées.

Vent modéré de 28 km/h, décollage de Saint Crépin au fond de la vallée de la Durance dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions qui devront être impérativement à plus de 130 km/h si vous ne voulez pas perdre trop d’altitude lorsque vous êtes sous le vent ou face au vent.

Dans ce vol, vous aurez à prendre les bonnes décisions vis-à-vis des vitesses de transition, quand il faut accélérer, ou ralentir pour monter à plus de 3000 m, et vous allez surtout apprendre que le plus cours chemin n’est jamais la ligne droite. Pour réussir ce vol, il faut considérer que toutes les vallées au Nord Ouest des PT2, PT3 et PT4 sont dans une zone interdite (le côté obscur de la pente).


Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage, mais beaucoup trop bas et dans une petite dégeulante. Première transition pour passer au vent le long de la Coste des Chamousse, parallèlement à la branche qui mène au TP1. Sauf si vous avez bénéficié d’un remorqueur puissant, vous serez trop bas pour être à la hauteur du pylône de départ, malgré plusieurs aller-retour le long de ce flanc de montagne. Mais cela n’a pas beaucoup d’importance, car vous pouvez déclencher le départ en restant sur la pente au vent.

Passez le départ et dirigez-vous vers le PT1 (Cap 279 °) au Col des Terres Blanches (2721 m). Les ascendances de pente le long de cette crête vous permettent de passer le PT1 en longeant La Tête de Fouran (2460 m), La Tête de Vautisse (3156 m) et La Tête de Couleau (3038 m)

Dirigez-vous vers le PT2 (Cap 314 °), situé prés du Pic des Morges (2986 m) en suivant la crête jusqu’au Tuba (3008 m) transitez ensuite vers la crête séparant la Pointe des Estaris (3086 m) et le Sommet des Prelles (2953 m). Remontez à près de 3000 m avant de transiter vers Le Sirac (3441m) où vous faites un point haut au sommet, avant de continuer en longeant la crête à l’Ouest. Déclenchez le PT2 en évitant d’aller trop du côté obscur et revenir immédiatement au vent. Revenez sur vos pas vers Le Sirac et longez la crête jusqu’à la Pointe de Verdonne (3328 m) où vous ferez à nouveau un point haut avant de transiter vers la crête de Malamor entre 3334 m et 2952 m. a chaque fois reprenez suffisamment d’altitude.
Dirigez-vous ensuite vers le TP3, Les Bans (3667 m), et reprenez de l’altitude le long de la Crête des Bœufs Rouges au-dessus de 3500 m

Image

Nouvelle transition vers la ligne de crête suivante avec les 2 belles lames mythiques de rocher entre L’Ailefroide 3927 m et le Mont Pelvoux 3942 m, le Pic du Coup de sabre (3478 m) et le Pic Sans Nom (3913 m). Remontez à nouveau en altitude avant de continuer vers le TP4 au pied du Pic Coolidge avant la Barre des Écrins (4102 m) sur laquelle vous aller reprendre de l’altitude rapidement tout en vous dirigeant vers le PT5 au pied du Pelvoux, prés du Pré de Mme Carle (ex célèbre bistroquet). Il vous reste plus que 27 km pour rejoindre la vallée et l’aérodrome de Saint Crépin, mais vous êtes face au vent et la descente directe risque de se terminer par une belle vache à quelques kilomètres du but.

Transitez à 130 km/h pour avancer. Refaites un gain d’altitude à la Cime du Paillon (2790 m) à gauche de la vallée, puis transitez vers le Col de Pousterie en laissant le sommet des Têtes (2044 m) à votre gauche. Engouffrez-vous dans la vallée transversale à droite en longeant au vent la Crête des Prés des Bancs et refaites un gain d’altitude jusqu’à 2500 m. Revenez sur vos pas et reprenez votre descente vers Saint Crépin en transitant à nouveau à 130 km/h. Vous pouvez accélérer dans les derniers kilomètres jusqu’à 200 km/h, avant de passer l’arrivée et de vous poser.

Image
Image

Bon Vol !
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » lun. 06 oct. 2008, 23:28

Chapitre VIII : Le Mont Aiguille

Voici un circuit de 203 km réalisable en moins de 2 heures (Code ARUK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera dans les Alpes du Dauphiné le long du Massif de Chartreuse, puis du Vercors en surplombant la vallée du Grésivaudan jusqu’au Mont Aiguille, malheureusement fort mal représenté dans toutes les scènes. Retour par la face Sud-est du Taillefer, et du massif de Belledonne, depuis qu’un passage fiable a été reconnu. Le parcours est sans aucune difficulté. Les Alpes du Dauphiné vous offrent des paysages tout aussi exceptionnels que les autres régions traversées.

Vent modéré de 28 km/h (souffle du Sud-est, à l’inverse des épisodes III et VI), décollage de Challes-les-Eaux dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, qui est plus une ballade qu’une initiation, vous apprendrez à transiter auprès des crêtes en accélérant la vitesse au lieu de monter à une altitude trop élevée où l’ascendance de pente n’a plus aucun effet. Le PT6 est un point de repère incontournable pour passer d’un massif au vent à l’autre.

Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage loin du départ. Continuer sur la même trajectoire en transitant là 130 km/h le long du Montgelas, la Roche Blanche, et le Roc de Tormery (1135 m) où les strates calcaires dessinent un chapeau de gendarme, et ce, juste en dessous des vignes de Chignin et son vin blanc réputé.

En contournant le Roc de Tormery, juste avant le départ situé sur son piémont vous retrouverez une bonne ascendance de pente.

Sur cette pente, on peut tout à loisir prendre de l’altitude avant le Top du départ de la course et régler son compensateur.

Passez le départ et dirigez-vous vers le PT1 (Cap 220 °) au pied du Mont Granier, en traversant les Marches de Savoie à l’extrémité Nord-est de la plaine du Grésivaudan. Dirigez-vous directement vers la combe au pied du Granier et montez au sommet de la crête, le PT1 de déclenchera automatiquement avant d’arriver à la combe, Les Taillis du Rafour. Vous abordez le Massif de Chartreuse

Image

Dirigez-vous vers le PT2 situé au Saint Eynard (Cap 213 °), en longeant la crête des Rochers de l’Alpe, des Rochers de Belles Ombres. À gauche l’anticlinal du Pinet, à droite la vallée du Grésivaudan, bordée par le massif de Belledonne. Continuez à longer la crête, tout en prenant de l’altitude et en accélérant jusqu’à 120, 130 km/h. Après le Col de l’Alpet, La Rousse, Le Fourneau, Le Grand Nanti. Là, vous êtes en vue de l’anticlinal de la Dent de Crolles avec sa croix blanche correctement positionnée, avec à droite Les fameuses Lances de Malissar etc… (Voir topo III). En atteignant la Dent de Crolles vous avez atteint 2400 m environ, et vous allez commencer à descendre, malgré les parois du Bec Charvet et du Saint Eynard. Vous apercevrez quelques parapentistes égarés, qui vous inciteront à ralentir vers 120 km/h. Le PT2 passé, dirigez-vous vers le PT3, au pied du Moucherotte (Cap 220 °), en survolant la ville de Grenoble.

Vous abordez le Massif su Vercors. Normalement, vous retrouvez une ascendance de pente avant le PT3 et vous ralentissez à 70 km/h et vous passez du premier coup entre le PT et la paroi du Moucherotte. Longez la paroi pour remonter à l’altitude de la crête puis, au fur et à mesure que vous avancez, accélérez jusqu’à 120, 130 km/h, et longez le Grand Cheval, le Pic Saint-Michel, le Cornafion jusqu’à la Grande Moucherolle (2193 m) au pied de laquelle a été placé le PT4.

Image

Suivez la crête en infléchissant votre trajectoire à droite et dirigez-vous vers le PT5 au Mont Aiguille et montez jusqu’à 2400, 2500 m que vous attendrez normalement bien avant la fin de la crête qui se termine au Grand Veymont (2341 m)

N’allez pas directement sur le PT5, et longez les 2 ressauts se dirigeant vers le Sud-ouest, le Pas de Bachasson où la montée à pied vous permettrez en saison d’admirer des milliers de Sabots de Vénus — La cueillette est strictement interdite et des gardes veillent à l’application de cet arrêté depuis plus de 40 ans — et les Rochers du Paquet, bien que le passage au PT5 soit acquis. Le créateur de la scène n’a pas mis le seul arbre du plateau qui permet de repérer la carrière romaine abandonnée (voir Topo III).

Le fier Mont Aiguille normalement à 2087 m d’altitude n’est qu’un tas de cailloux et ses parois verticales de 300 à 400 m sont totalement ignorées par la Scène Grenoble comme par la Scène Provence (c’est une triste histoire à 3 secondes d’arc). L’escalade du Mont Aiguille est facile, mais la descente est très aérienne avec plusieurs rappels, dont un de plus de 80 m de dénivelé.

Image

Confortablement assis devant notre ordinateur et pilotant votre ASK 13 virtuel, vous passez devant la face Sud-est du Mont aiguille à 2400 m loin de toutes ses vicissitudes après avoir fait demi-tour pour se diriger vers le PT6 (Cap 065 °) Le Sénépy (1769 m), lové dans une boucle du Drac, et au pied de la retenue du Monteynard. La transition s’effectue à 120 km/h et vous allez perdre presque 1000 m d’altitude. Après le passage de la crête, vous trouverez une ascendance de pente correcte sur la face Est du Sénépy. Remontez impérativement à 2000 m par des aller-retour sur cette pente avant de vous diriger vers le PT7 (Cap 079 °) toujours à 120 km/h.

Vous survolez d’abord la ville de La Mure sur le plateau Mathésin à 1000 m d’altitude, avant d’atteindre l’entrée du défilé de Valbonnais. Longez à votre gauche la Montagne de Roussillon que vous contournez après avoir perdu 500 à 600 m pour reprendre une bonne ascendance de pente qui vous mènera au TP7 à mi-pente de l’Etillier. Il est inutile de monter jusqu’au pied du TP7, poursuivez le long de la face Est du Taillefer que vous allez longez tout en prenant tranquillement de l’altitude. Vous longez à droite le Massif des Écrins, mais vous apercevez au fond l’aiguille noire du Grand Galbert (2561 m) qui marque la limite du Massif du Taillefer. Avant d’arriver, vous avez plusieurs vues magnifiques sur la plaine d’effondrement de Bourg d’Oisans (voir également le Topo VI pour les voies romaines).

Continuez en infléchissant sur la droite et reprenez le cap général 020 ° vous menant au PT8 à l’extrémité Nord de la Chaîne de Belledonne dont vous commencez à longer le flanc Sud-est et passez au-dessus d’Allemont et sa retenue artificielle. Infléchissez encore à droite pour passer à gauche du Rissou jusqu’au col du Clapier, qui vous amènera au Lac de Grand Maison (le lac à les bords en pente). Les eaux du Lac sont turbinées à Allemont pour produire de l’électricité pendant les heures de pointe de consommation et pompées à nouveau vers le lac de Grand Maison pendant les heures creuses.

Devinez quels sont ces petits animaux qui gambadent dans les alpages ? (réponse à faire en fin de vol)

Passez le col du Glandon, et longez la pente en jouant à saute-mouton en accélérant dans les dégeulantes et ralentissant dans les ascendances. Franchissez le PT8 vers la pointe de Rognier, franchissez la crête et commencez votre descente (Cap 305 °) dans la dégeulante vent dans le dos à 130 km/h. Vous reconnaitrez facilement le Roc de Tormery, le point de départ de la course. Après son contournement, vous apercevez l’aérodrome de Challes-les-Eaux, vous pouvez accélérer jusqu’à 200 km/h, pour passer l’arrivée.

Image
Image


Bon Vol !
Modifié en dernier par Xavier DELABORDE le jeu. 23 oct. 2008, 18:58, modifié 3 fois.
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » mer. 08 oct. 2008, 00:41

Chapitre IX : Le Mont Blanc (versant italien)


Voici un petit circuit de 91 km réalisable en moins de 1 h 30 (Code ASUK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera au sommet du Mont Blanc à 4811 m, par le versant italien au départ d’Aoste. Le chapitre I ne vous avez pas permis cette ascension, car dans la scène West Swiss le Mont Blanc est en bordure de Scène. Les paysages sont évidemment exceptionnels et c’est l’une des nombreuses raisons de ce circuit. Ce vol est sans aucune difficulté.

Vent modéré de 28 km/h (souffle de l’Est) décollage d’Aoste dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, qui est plus une ballade qu’une initiation, vous apprendrez à jouer à saute-mouton de crête en crête au vent pour l’aller et contre le vent au retour en accélérant très fortement votre vitesse dans les dégeulantes et en ralentissant dans les ascendances. Quelques petits ennuis vites résolus avec les nuages lors de la montée au Mont Blanc sont à prévoir pour jouir d’un point de vue extraordinaire avec un sommet parfaitement dégagé.

Le remorqueur vous emmène vers le départ et vous invite au largage assez loin et bas. Continuer sur la même trajectoire en transitant à 130 km/h en traversant la vallée et essayer de perdre 100 m pour pouvoir afficher un beau gain d’altitude. Vous vous retrouvez sur le flanc est du Mont Fallère parmi les conifères. Il vous faudra de longs aller-retour sur cette pente avant de commencer votre circuit et atteindre le départ à l’entrée de la vallée qui mène au Col du Grand-Saint-Bernard. Après le départ, continuez à monter vers la crête en restant sur la face Est du Fallère jusqu’à 2500 m. Transitez par 3 saute-mouton vers le fond de la vallée en direction du Grand Golliat (3238 m, Cap 305 °). À nouveau de longs aller-retour pour monter jusqu’à la crête. Pour prendre la bonne décision, montez au sommet du Grand Golliat, pour éviter le côté obscur du vol de pente. Le PT1 dans la descente vers le Col Ferret (2537 m) est presque à la limite du côté obscur. Le passage du PT1 à 130, 150 km/h est de rigueur.

Image

Reprenez votre souffle en longeant les Grandes Jorasses et en montant tranquillement vers le PT2 (Cap 251 °). Le PT2 est situé sur le flanc du Mont Blanc à 3912 m et vous serez amener à le dépasser, car vous aller vous retrouver en contre bas et surtout gêné par quelques petits nuages insidieux s’accrochant sur les flancs du Mont Blanc. Quelques petits aller-retour vous permettront de les éviter puis de les survoler tout en accrochant une belle ascendance de pente le long de la crête séparant le Mont Maudit du Mont Blanc, bien exposée au vent d’Est.

L’ascenseur de service étant pris, il ne vous reste plus qu’à patienter pour passer le PT2 et atteindre le sommet du Mont Blanc. Profitez-en pour admirer le paysage, et pour musarder un peu. Attention, il faut valider le PT2 pour une altitude inférieure à 5000 m, matérialisée par le sommet du Pylône.

Image

Lorsque vous avez décidé, d’amorcer votre descente dirigez vous vers le PT3 (Cap 209 °) vers le col de la Seigne (2516 m) en transitant à vitesse moyenne 120 km/h. Après le PT3, dirigez-vous vers le Val de Rhèmes où se trouve le PT4 (Cap 114 °). Évitez de vous perdre et transitez à 130 km/h jusqu’au TP4, quitte à revenir dans le Val d’Aoste.

Si nécessaire, avant ou après le passage du PT4, reprendre un peu d’altitude (2600 m) pour rentrer directement au bercail à toute berzingue ! Facile, n’est-ce pas ?

Image
Image


Bon Vol !
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » mer. 08 oct. 2008, 22:58

Chapitre X : Les Écrins (le retour)

Voici un circuit magnifique de 248 km réalisable en moins de 2 h 40 (Code USUK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera à nouveau, mais réellement, à la Barre des Écrins à 4102 m, à partir de la scène de Grenoble. Il vous permettra également de faire un gain d’altitude largement supérieur à 3000 m, le tout en ASK 13. Le parcours qui reprend dans sa première partie le vol vers le Mont Aiguille (Chapitre VIII) et dont nous reprenons in extenso le topo jusqu’au TP7 est original, car il n’y a aucun vol proposé dans le Massif de l’Oisans sur la scène Grenoble. Cela va donc être pour tous une façon de découvrir un nouvel environnement.

Vent modéré de 29 km/h (souffle du Sud-est, à l’inverse des épisodes III et VI), décollage de Challes-les-Eaux dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, qui est beaucoup plus qu’une simple initiation au Badge d’Or, vous apprendrez à mesurer ce qu’est une perte d’altitude très rapide pour atteindre le TP8 et le TP9. Ce n’est éprouvant que si l’on démarre de trop bas et que si l’on va trop lentement, mais à chaque fois il est possible de se récupérer et de recommencer. La base des nuages a été repoussée à 3800 m.

(Reprise du Chapitre VIII)
Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage fort loin devant. Continuer sur la même trajectoire en transitant là 130 km/h le long du Montgelas, la Roche Blanche, et le Roc de Tormery (1135 m) où les strates calcaires dessinent un chapeau de gendarme, et ce, juste en dessous des vignes de Chignin et son vin blanc réputé.

En contournant le Roc de Tormery, juste avant le départ situé sur son piémont vous retrouverez une bonne ascendance de pente.

Sur cette pente, on peut tout à loisir prendre de l’altitude avant le Top du départ de la course et régler son compensateur.

Passez le départ et dirigez-vous vers le PT1 (Cap 220 °) au pied du Mont Granier, en traversant les Marches de Savoie à l’extrémité Nord-est de la plaine du Grésivaudan. Dirigez-vous directement vers la combe au pied du Granier et montez au sommet de la crête, le PT1 de déclenchera automatiquement avant d’arriver à la combe, Les Taillis du Rafour. Vous abordez le Massif de Chartreuse

Dirigez-vous vers le PT2 situé au Saint Eynard (Cap 213 °), en longeant la crête des Rochers de l’Alpe, des Rochers de Belles Ombres. À gauche l’anticlinal du Pinet, à droite la vallée du Grésivaudan, bordée par le massif de Belledonne. Continuez à longer la crête, tout en prenant de l’altitude et en accélérant jusqu’à 120, 130 km/h. Après le Col de l’Alpet, La Rousse, Le Fourneau, Le Grand Nanti. Là, vous êtes en vue de l’anticlinal de la Dent de Crolles avec sa croix blanche correctement positionnée, avec à droite Les fameuses Lances de Malissar etc… (Voir topo III). En atteignant la Dent de Crolles vous avez atteint 2400 m environ, et vous allez commencer à descendre, malgré les parois du Bec Charvet et du Saint Eynard. Vous apercevrez quelques parapentistes égarés, qui vous inciteront à ralentir vers 120 km/h. Le PT2 passé, dirigez-vous vers le PT3, au pied du Moucherotte (Cap 220 °), en survolant la ville de Grenoble. Vous abordez le Massif su Vercors. Normalement, vous retrouvez une ascendance de pente avant le PT3 et vous ralentissez à 70 km/h et vous passez du premier coup entre le PT3 et la paroi du Moucherotte. Longez la paroi pour remonter à l’altitude de la crête puis, au fur et à mesure que vous avancez, accélérez jusqu’à 120, 130 km/h, et longez le Grand Cheval, le Pic Saint-Michel, le Cornafion jusqu’à la Grande Moucherolle (2193 m) au pied duquel a été placé le PT4.

Suivez la crête en infléchissant votre trajectoire à droite et dirigez-vous vers le PT5 au Mont Aiguille et montez jusqu’à 2400, 2500 m que vous attendrez normalement bien avant la fin de la crête qui se termine au Grand Veymont (2341 m)

N’allez pas directement sur le PT5, et longez les 2 ressauts se dirigeant vers le Sud-ouest, le Pas de Bachasson où la montée à pied vous permettrez en saison d’admirer des milliers de Sabots de Vénus — La cueillette est strictement interdite et des gardes veillent à l’application de cet arrêté depuis plus de 40 ans — et les Rochers du Paquet, bien que le passage au PT5 soit acquis. Le créateur de la scène n’a pas mis le seul arbre du plateau qui permet de repérer la carrière romaine abandonnée (voir Topo III).

Le fier Mont Aiguille normalement à 2087 m d’altitude n’est qu’un tas de cailloux et ses parois verticales de 300 à 400 m sont totalement ignorées par la Scène Grenoble comme par la Scène Provence (c’est une triste histoire à 3 secondes d’arc). L’escalade du Mont Aiguille est facile, mais la descente est très aérienne avec plusieurs rappels, dont un de plus de 80 m de dénivelé.

Confortablement assis devant notre ordinateur et pilotant votre ASK 13 virtuel, vous passez devant la face Sud-est du Mont aiguille à 2400 m loin de toutes ses vicissitudes après avoir fait demi-tour pour se diriger vers le PT6 (Cap 065 °) Le Sénépy (1769 m), lové dans une boucle du Drac, et au pied de la retenue du Monteynard. La transition s’effectue à 120 km/h et vous allez perdre presque 1000 m d’altitude. Après le passage de la crête, vous trouverez une ascendance de pente correcte sur la face Est du Sénépy. Remontez impérativement à 2000 m par des aller-retour sur cette pente avant de vous diriger vers le PT7 (Cap 079 °) toujours à 120 km/h.

Vous survolez d’abord la ville de La Mure sur le plateau Mathésin à 1000 m d’altitude, avant d’atteindre l’entrée du défilé de Valbonnais. Longez à votre gauche la Montagne de Roussillon que vous contournez après avoir perdu 500 à 600 m pour reprendre une bonne ascendance de pente qui vous mènera au TP7 à mi-pente de l’Etillier (Fin Chapitre VIII).

Remontez par de lents aller-retour jusqu’à la base du TP7 à 2200 m. Transitez vers la crête suivante l’Arcanier (2576 m) en la contournant par la vallée en passant au-dessus d’Entraigue ou se rejoint 2 cours d’eau La Malsanne et La Bonne. Nous suivrons La Bonne. Remontez jusqu’au sommet de la crête par plusieurs aller-retour et montez jusqu’à 3000 m.

Transition vers le PT8 à 130 km/h (Cap146 ° à 160 °). Vous allez perdre 1000 m en 5 minutes et 10 km et vous ne retrouverez une petite ascendance de pente qu’après avoir passé le TP8. Le cheminement est évident largement au-dessus des crêtes du Petit Chapelet et du Grand Chapelet et plus prés des Rochers du Diable en contournant le Grun de Saint Maurice avant d’atteindre le Valgodémard que nous allons remonter tranquillement jusqu'à une dizaine de kilomètres avant d’arriver au PT9 au pied des Bans.

Image

Là il faut impérativement monter dans le cirque des Rouies et des Pics du Vaccivier entre 3500 et 3200 m. Le paysage est magnifique avec au loin les Écrin, les 2 Pics et les Bans. Point haut nécessaire à 3700 m, avant de longer les Pics du Say et entamer la deuxième dégeulantes à 135 km/h et passer la brèche des Bans à 3341 m, puis contourner le TP9 au pied des Bans à 3052 m. Rejoindre la crête des Bans et des Bœufs Rouges, pour se refaire un petit altimètre à 3450 m.

Image

Nouvelle transition vers la ligne de crête suivante avec les 2 belles lames mythiques de rocher entre L’Ailefroide 3927 m et le Mont Pelvoux 3942 m, le Pic du Coup de sabre (3478 m) et le Pic Sans Nom (3913 m).

Image

Remontez à nouveau en altitude avant de continuer vers le Pic Coolidge, puis passer le Fifre juste avant la Barre des Écrins à 4102 m où vous prendrez le temps de monter à plus de 4102 m pour dépasser sans difficulté le sommet.

Image

Profitez-en pour admirer ce paysage incomparable !

Image

Descente plein Nord à vitesse modérée 120, 130 km/h en contournant tout en suivant les crêtes le TP10 (Cap 355 °) par la droite. Vous serez amené ensuite naturellement toujours vent dans le dos à infléchir votre trajectoire vers la gauche et rejoindre le tracé précédent vers le col du Glandon, et à longer la pente en jouant à saute-mouton en accélérant dans les dégeulantes et ralentissant dans les ascendances. Franchissez le PT11 vers la pointe de Rognier, franchissez la crête et commencez votre descente (Cap 305 °) dans la dégeulante vent dans le dos à 130 km/h. Vous reconnaitrez facilement le Roc de Tormery, le point de départ de la course. Après son contournement, vous apercevez l’aérodrome de Challes-les-Eaux, vous pouvez accélérer jusqu’à 200 km/h, pour passer l’arrivée.

Image
Image


Bon Vol !
Modifié en dernier par Xavier DELABORDE le sam. 01 nov. 2008, 11:47, modifié 1 fois.
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » mar. 21 oct. 2008, 14:10

Chapitre XI : Le Grossglockner

Voici encore un circuit mythique de 159 km réalisable en moins de 1 h 40 (Code UFYK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera dans les Alpes Autrichiennes à l’assaut du Grossglockner (3782 m) dans le Tyrol en passant par le Grossvenediger (3674 m). L’arc de cercle de Sterzing à Villach que forme la partie Est du Tyrol se développe sur prés de 250 km. C’est un passage obligé de la Scène Alpi3 et d’Eastern Alps pour les grands raids. Ce vol vous présente la partie la plus intéressante.

Vent modéré de 30 km/h soufflant du Sud, décollage de Bolzano (Bozen) dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, il est avant tout question de développer votre sens de l’orientation et de la lecture de la carte, tout en assurant un pilotage de bon aloi. Grosso modo, une fois aux environs de Sterzing, il s’agit de suivre la crête qui vous amènera aux environs du sommet du Grossglockner sans se perdre, et sans tomber du côté obscur où une belle vache est assurée. Le balisage a été volontairement minimisé, car il y a beaucoup de cheminements possibles, et de défilés en crêtes, de crêtes en cols, le vol va crescendo dans la difficulté.


Le remorqueur vous emmène au départ et vous invite au largage. Allez sur la colline au nord de Bolzano, derrière le TP de départ. Reprenez de l’altitude et réglez votre compensateur, en attendant le top du départ.

Le vol jusqu'à Sterzing est un bon entraînement pour affronter la montée au Grossglockner. Prendre la vallée à l’Est du départ, la Valle Sarentina, puis le Val di Pennes. Vous trouverez de bonnes ascendances de pente, vous permettant de progresser sans difficulté jusqu'au TP1.

Le passage du TP1 vous mettra sur le cheminement à suivre pour commencer l'ascension et contourner le San Giacomo.

Image

Par une suite de défilés, de cols vous allez petit à petit prendre de l'altitude et vous rapprocher de la crête. Celle-ci doit être atteinte bien avant le TP2 à plus de 3000 m d'altitude. Le franchissement du TP2 en suivant la crête principale ne présente aucune difficulté.

En suivant la crête, vous vous apercevez que vous dirigez dans une impasse. Il faut, et il y a plusieurs chemins possibles, bifurquer légèrement vers le Sud et rattraper un 1er col qui vous mènera au pied du Grossvenediger. Là vous devez monter le long d'une pente peu inclinée et très enneigée qui vous permettra d'atteindre le TP3, puis la crête située plus haut en altitude. C'est le 1er passage délicat.

Image

Vous passez dans la vallée de l’Isel, dans une grande dégeulante et sur l’autre versant vous devez passer une succession de crêtes qui vous amènera au pied du Grossglockner. Attention, dans ce parcours, plus particulièrement près du Felberttauerntunnel, de ne pas passer du côté obscur. La dernière crête est la plus difficile à passer, mais il faut oser car de bonnes surprises seront découvertes au fur et à mesure de la progression vers cet obstacle.

Image

Pour rejoindre le pied des Grossglockner, où se trouve le TP 4, il vous faudra un peu de patience et de persévérance. Les ascendances de pente sont difficiles à trouver. Il faut savoir parfois contourner l'obstacle et prendre son temps. Ensuite, pour vous détendre, vous pouvez même tranquillement monter au sommet du Grossglockner.

Une fois le TP4 franchit, il ne vous reste plus qu'à rejoindre contre le vent à 120 km/h l'aérodrome de Lienz, soit en descendant directement par la vallée de l’Isel, soit en franchissant la dernière crête et en passant par la vallée de la Möll où se trouve blotti le petit village d’Heiligenblut (Le Sang Sacré) et son église baroque.

Image
Image

Bon Vol !
Modifié en dernier par Xavier DELABORDE le sam. 01 nov. 2008, 10:42, modifié 2 fois.
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » sam. 01 nov. 2008, 01:16

Chapitre XII : Les Lacs Italiens


Voici une très belle ballade de 186 km réalisable en moins de 2 h 30 (Code EPYK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera dans les Préalpes Italiennes, du Lac de Come, au Lac de Lugano, puis le long du Lac Majeur et retour sur le Lac de Come. Les paysages comme vous pouvez le deviner sont magnifiques.

Vent modéré de 28 km/h soufflant du Sud, décollage de Kong dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, il est avant tout question de développer votre sens de l’orientation et de la lecture de la carte, tout en assurant un pilotage soigné. Pas de transition à toute berzingue, « Chi va piano, va sano », « Chi va sano, va lantano », ou si vous préférez le vers de Racine dans les Plaideurs « Qui veut voyager loin, ménage sa monture ». Donc vitesse de finesse max de rigueur tout au long du vol. Le balisage a été volontairement minimisé, car il y a beaucoup de cheminements possible, et de crêtes en lacs, le vol va son bonhomme de chemin sans difficultés extraordinaires, si ce n’est le risque d’une belle vache pour les gens trop pressés.

Image

Le remorqueur vous emmène au départ et vous invite au largage. Allez sur les petites pentes à l’Est de Kong et du TP de départ. Prenez de l’altitude et réglez votre compensateur, en attendant le top du départ.

Passez le départ et dirigez-vous vers le TP1 (Cap 324 °) en suivant les bords du lac de Come. Vous pouvez prendre de l’altitude avant la traversée du Lac sur le Monte Serrada (3 belles antennes) puis sur le Monte Grigna (2409 m).

Image

Traversez et passez le TP1 au pied du Monte Bregagno, puis longez le Lac de Lugano jusqu’au TP2 (Cap 258 °) à Lugano.

La traversée la plus délicate commence vers le TP3 (Cap 279 °) à vitesse de finesse max, il y a quelques appuis sur les collines, mais il ne faut pas s’y attarder. Traversez le lac Majeur pour reprendre quelques ascendances conséquentes et montez au TP3 près du Monte Spalavera. Le pilotage doit être soigné et les arbres sont proches. Après avoir passé le TP3, basculez vers le Nord (Cap 004 °) pour vous diriger vers le TP 4 à proximité le Monte Limidario (2188 m).

Image

La montée au TP4 est délicate. Une fois le TP4 passé, longez la crête le long du Lac Majeur pour atteindre le TP5 (Cap 069 °). Admirez le paysage tout en prenant un maximum d’altitude. Franchissez le TP5 et transitez (Cap 117 °) pour franchir et atteindre les crêtes au vent de l’autre côté de la vallée.

Image

Passez au Sud du Marmontana sommet se trouvant légèrement au sud de la ligne TP5, TP6 puis longez les crêtes jusqu’au Lac de Come, que vous franchissez dans la foulée.

Image

Reprendre des ascendances de pente le long de la crête vous menant au TP6. Retour au bercail par une remontée au vent (Cap 179 °) en plusieurs étapes en vous glissant sur les flancs des vallées exposés au vent. La meilleure étape est celle vous permettant d’atteindre le sommet du Grigna.
Piquez sur Kong et passez l’arrivée.

Image
Image


Bon Vol !
Modifié en dernier par Xavier DELABORDE le sam. 01 nov. 2008, 10:37, modifié 1 fois.
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » sam. 01 nov. 2008, 17:52

Chapitre XIII : La Meije


Voici un circuit de 206 km réalisable en moins de 2 h (Code EQYK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera à nouveau dans l’Oisans au sommet du Râteau (3809 m) et de la Meije (3982 m), au Nord de la Barre des Écrins, à partir de la scène de Grenoble. Moins spectaculaire que les Écrins (Chapitre X), le parcours est rendu plus délicat par la suppression et la simplification des points tournants. Ce parcours reprend dans sa première partie le vol vers le Mont Aiguille (Chapitre VIII) et reste original, car il n’y a qu’un autre vol (Celui des Écrins proposé dans le Massif de l’Oisans sur la scène Grenoble. Cela va donc être pour tous une façon de (re)découvrir un nouvel environnement.

Vent modéré de 29 km/h (souffle du Sud-est, à l’inverse des épisodes III et VI), décollage de Challes-les-Eaux dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, vous allez impérativement à partir du PT7 et jusqu’au PT9, devoir bien lire la carte et négocier correctement le retour sous le vent, sans vous perdre, ni vous vacher. La base des nuages a été repoussée à 3800 m.

(Reprise partielle du Chapitre VIII)
Le remorqueur vous emmène près du départ et vous invite au largage fort loin devant. Continuer sur la même trajectoire en transitant là 130 km/h le long du Montgelas, la Roche Blanche, et le Roc de Tormery (1135 m) où les strates calcaires dessinent un chapeau de gendarme, et ce, juste en dessous des vignes de Chignin et son vin blanc réputé.

En contournant le Roc de Tormery, juste avant le départ situé sur son piémont vous retrouverez une bonne ascendance de pente.

Sur cette pente, on peut tout à loisir prendre de l’altitude avant le Top du départ de la course et régler son compensateur.

Passez le départ et dirigez-vous vers le PT1 (Cap 220 °) au pied du Mont Granier, en traversant les Marches de Savoie à l’extrémité Nord-est de la plaine du Grésivaudan. Dirigez-vous directement vers la combe au pied du Granier et montez au sommet de la crête, le PT1 de déclenchera automatiquement avant d’arriver à la combe, Les Taillis du Rafour. Vous abordez le Massif de la Chartreuse

Dirigez-vous vers le PT2 situé au Saint Eynard (Cap 213 °), en longeant la crête des Rochers de l’Alpe, des Rochers de Belles Ombres. À gauche l’anticlinal du Pinet, à droite la vallée du Grésivaudan, bordée par le massif de Belledonne. Continuez à longer la crête, tout en prenant de l’altitude et en accélérant jusqu’à 120, 130 km/h. Après le Col de l’Alpet, La Rousse, Le Fourneau, Le Grand Nanti. Là, vous êtes en vue de l’anticlinal de la Dent de Crolles avec sa croix blanche correctement positionnée, avec à droite Les fameuses Lances de Malissard etc.… (Voir topo III). En atteignant la Dent de Crolles, vous avez atteint 2400 m environ, et vous allez commencer à descendre, malgré les parois du Bec Charvet et du Saint Eynard. Vous apercevrez quelques parapentistes égarés, qui vous inciteront à ralentir vers 120 km/h. Le PT2 passé, dirigez-vous vers le PT3, au pied du Moucherotte (Cap 220 °), en survolant la ville de Grenoble. Vous abordez le Massif su Vercors. Normalement, vous retrouvez une ascendance de pente avant le PT3 et vous ralentissez à 70 km/h et vous passez du premier coup entre le PT3 et la paroi du Moucherotte. Longez la paroi pour remonter à l’altitude de la crête puis, au fur et à mesure que vous avancez, accélérez jusqu’à 120, 130 km/h, et longez le Grand Cheval, le Pic Saint-Michel, le Cornafion jusqu’à la Grande Moucherolle (2193 m) au pied duquel a été placé le PT4 (fin de la reprise du Chapitre VIII).

Image

Dirigez-vous, contre le vent vers le PT5 (Cap 127 °) Le Sénépy (1769 m), lové dans une boucle du Drac, et au pied de la retenue du Monteynard. La transition s’effectue à 120 km/h et vous allez perdre presque 1000 m d’altitude. Après le passage de la crête, vous trouverez une ascendance de pente correcte sur la face Est du Sénépy. Remontez impérativement à 2000 m par des aller-retour sur cette pente avant de vous diriger vers le PT6 (Cap 079 °) toujours à 120 km/h.

Vous survolez d’abord la ville de La Mure sur le plateau Mathésin à 1000 m d’altitude, avant d’atteindre l’entrée du défilé de Valbonnais. Longez à votre gauche la Montagne de Roussillon que vous contournez après avoir perdu 500 à 600 m pour reprendre une bonne ascendance de pente qui vous mènera au PT6 à mi-pente de l’Etillier

Image

Remontez par de lents aller-retour jusqu’à la base du PT6 à 2200 m. Transitez vers la crête suivante l’Arcanier (2576 m) vers le PT7 (Cap 121 °) en la contournant par la vallée en passant au-dessus d’Entraigue ou se rejoint 2 cours d’eau La Malsanne et La Bonne. Nous suivrons La Bonne. Remontez jusqu’au sommet de la crête par plusieurs aller-retour et montez jusqu’à 3000 m. Prenez le Cap 063 °, tout en suivant les crêtes au vent qui vous amène vers le PT8. Plusieurs sauts de crêtes sous le vent sont à prévoir en fonction du cheminement que vous choisissez. Toutefois, il faut passer au Sud de la Pointe Swan (3294 m), puis au Nord de la Tête de Lauranoure (3325 m), pour arriver sur la vallée du Vénéon montant à La Bérarde.

Image

La forme en arc de cercle de l’entrée de la vallée du Torrent du Diable est caractéristique, aussi bien sur la carte que vue du planeur.

Image

Il ne vous reste plus qu’à monter au sommet de la crête et à la suivre. Vous passerez successivement Le Jandry (3288 m), le Dôme de La Lauze (3568 m), Le Pic de La Grave (3587 m) juste à côté, puis Le Râteau (3 pics d’étageant de 3769 m à 3809 m), avant d’atteindre en extrémité La Meije (3982 m) où vous franchirez à proximité le PT 8.

Image

Descente vers le Nord (Cap 349 °) à vitesse modérée 120, 130 km/h et à négocier avec prudence pour éviter une malencontreuse vache. Vous serez amené ensuite naturellement toujours vent dans le dos à infléchir votre trajectoire vers la gauche et rejoindre le tracé précédent vers le col du Glandon, et à longer la pente en jouant à saute-mouton en accélérant dans les dégeulantes et ralentissant dans les ascendances. Franchissez le PT9 vers la pointe de Rognier, franchissez la crête et commencez votre descente (Cap 305 °) dans la dégeulante vent dans le dos à 130 km/h. Vous reconnaitrez facilement le Roc de Tormery, le point de départ de la course. Après son contournement, vous apercevez l’aérodrome de Challes-les-Eaux, vous pouvez accélérer jusqu’à 200 km/h, pour passer l’arrivée.

Image
Image

Bon Vol !
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Xavier DELABORDE
Légende Vivante des Forums
Messages : 863
Enregistré le : mer. 13 févr. 2008, 15:59
Pays (Country) : France
CN : XDL
Club de vol à voile : Condorsim.fr

Message par Xavier DELABORDE » sam. 08 nov. 2008, 22:16

Chapitre XIV : Le Mont Rose et Le Cervin (Face Sud)


Voici une belle ballade de 230 km réalisable en moins de 2 h 30 (Code EXYK sur Condor Club). Ce vol vous emmènera à nouveau dans les Alpes Italiennes et Suisses, du Mont Rose au Cervin, puis avec un retour à choix multiples par le Saint Gotthard. Les paysages comme vous pouvez le deviner sont magnifiques.

Vent modéré de 30 km/h soufflant du Sud-sud-est (154 °), décollage de Londrino dans l’axe du vent et passage automatique des Points Tournants.
Avant le vol, il est recommandé de faire un centrage avant du planeur +10 (maximum), et, au début du vol, de régler définitivement le compensateur à piquer – 100 % (maximum), sauf si vous possédez un joystick programmable pour cette fonction. Vous obtiendrez une vitesse d’équilibre de 130 km/h, mais surtout vous n’aurez pas à pousser sur le manche en permanence, dans les transitions.

Dans ce vol, il est avant tout question de développer votre sens de l’orientation et du cheminement, tout en assurant un pilotage soigné et en jouant à cache-cache avec les nuages tout au long du parcours. Belles transitions à toute berzingue. Le balisage a été volontairement minimisé, car il y a beaucoup de cheminements possibles, et de crêtes en sommets, la partie de cache-cache avec les nuages va compliquer ce vol, apparemment très simple.

Image

Le remorqueur vous emmène au départ et vous invite au largage. Allez sur les belles pentes au nord du TP de départ, dans cette très étroite vallée à l’Ouest de Londrino. Prenez de l’altitude et réglez votre compensateur, en attendant le top du départ.

Passez le départ et dirigez-vous vers le TP1 (Cap 252 °) en suivant les crêtes et en transitant pour traverser les vals et vallées de Verzasca, de Maggia. Belle vue sur le Lac Majeur sur la gauche. Arrivé à Massera au TP1, premier choix, la montagne (Cap 235 °) ou transition au vent dans la vallée d’Ossola pour rejoindre la vallée d’Anzasca qui rejoint directement Macugnaga.

Image

Passage sans problème du TP2 au pied du Mont Rose, mais les nuages bouchent le passage donnant l’accès au refuge de Margherita et le col est sous le vent. Deuxième choix, soit on contourne en passant la crête basse sous le vent à l’Est de Macugnaga, soit on se glisse entre les nuages et le Mont Rose, c’est très aérien jusqu’au TP4. Passage du TP3 au pied de la Piramide Vincent. Les nuages s’amoncellent devant vous et votre altitude de plus de 4500 m vous semble bien insuffisante, même si le paysage est extraordinaire. Dirigez-vous vers le Breithorn pour passer le TP4 (Cap 300 °) avec en point de mire le Col du Théodule et Le Cervin. La vue est magnifique, mais il ne faut pas trop s’attarder.

Image

Là, se pose évidement la question à choix multiple pour atteindre le TP5 (Cap 043 °) à 83 km dans le Val Bredetto au pied du Col du Saint Gotthard.
Soit vous faites demi-tour et vous prenez le Grand Toboggan, ou la vallée d’Antigorio, ou vous descendez à basse altitude dans la vallée du Rhône, mais il faudra la quitter avant d’arriver à la Furka et le Grimsel, car la direction du vent n’est pas favorable pour passer le Saint Gotthard ou le Nufenenpass. S’il n’y avait pas les nuages, le Grand Toboggan serait tout indiqué, mais le passage est manifestement bouché par les nuages. Si vous passez par la vallée du Rhône, il faut probablement la quitter et passer au Sud du Blinnenhorn.

Image

Image

Arrivée au TP5, nouveau choix pour atteindre l’arrivée (Cap 119 °), la montagne si vous arrivez à passer la crête au vent ou la vallée de Levintina. Mais les nuages sont traitres jusqu’au bout.

Image

Image
Image


Bon Vol !
*****- Xavier - (XDL * F-DELX) -*****

Verrouillé

Retourner vers « Pourquoi choisir Condor »